ce site dans vos favoris
tirage tarot gratuit numérologie gratuite tirages tarots gratuits
tarot numérologie www.tarot-fr.info



Categories
  Tirages Tarots
  Lames Tarot
  Spiritisme
  Numérologie
  Horoscope
  Livres
 
  Maitre Philippe
  Sedir
  Aimé Ou Non

 
Accueil > Maitre Philippe > les maladies

Spiritualité - Philippe, de Lyon
- biographie
- les seances
- les animaux
- humains
- dieu christ
- les visions
- les maladies
- la priere
- l'univers
Spiritualité - Maitre Nizier Anthelme Philippe, de Lyon : explications sur les évangiles : l'univers, les Planètes, la Terre.

Leurs causes.

Pour connaître la cause des maladies, il faudrait se connaître soi-même, c'est-à-dire savoir d'où l'on vient, où l'on est et où l'on va, ce que nous ignorons entièrement pour le moment. Ce n'est que bien plus tard, quand notre âme aura suffisamment travaillé, que nous pourrons le savoir. (31-12-1894)

Les maladies ne sont pas des punitions. Dieu ne punit pas. Ce que nous appelons châtiment ou punition n'est qu'une difficulté logiquement attachée à nos actes précédents.
Si notre âme n'était pas malade, notre corps ne le serait pas non plus. (4-12-1893)

Leur durée.

Une maladie peut durer plusieurs vies et n'être pas terminée à la mort de l'homme. Il faut que le mal soit changé en bien.

Si un malade meurt sous le bistouri, il reviendra estropié. Le mal restera sous une forme latente. (Jambe : coxalgie ; bras : trop court ou atrophié ; rein : il renaîtra bossu ou le deviendra, etc.). Mais, si l'on demande au Ciel avant l'opération et que le malade meure quand même, il mourra guéri, c'est-à-dire qu'en revenant il n'aura plus cette maladie, (6-2-1904)

Quelquefois l'esprit peut demander que le corps ne guérisse pas, afin de souffrir encore.

L'hérédité.

Parfois dans une même famille tous les enfants sont atteints de la même maladie. C'est une façon de payer les dettes. L'Evangile vous dit bien que les petits-enfants paieront les dettes des grands, parents jusqu'à la cinquième génération et quelquefois jusqu'à la septième. (16-4-1896)

C'est une erreur de croire que les maladies sont héréditaires. Ce qui est héréditaire, c'est le mal moral commis par un membre d'une famille, lequel est obligé de revenir payer sa dette ou expier sa faute. Mais il faut pour cela que les témoins de cette faute soient présents, sinon le pardon même de cette faute serait sans valeur. Celui qui vient pour expier une faute obéit à une force irrésistible, rien ne pourrait l'en empêcher.

La folie.

La plupart des cas de folie ne sont que des possessions. Je vous en donnerai une comparaison. 
Supposez une maison que l'on vient de bâtir ; elle est vide en apparence, mais en réalité des esprits y font leur demeure et, si vous y alliez une nuit vers minuit, vous vous en apercevriez peut-être.Qu'un locataire vienne alors s'y installer un jour, si la maison pouvait parler elle dirait : " On change continuellement ici ; le précédent habitant était mieux " ; et que dirions-nous de la maison? qu'elle est folle. 

Le fou de même est sincère et dit ce qu'il sait. Il pense, sent et voit successivement tout ce qu'il dit, mais il oublie aussitôt et passe à un autre sujet. Nous qui ne voyons rien nous appelons cela de la folie.

L'exorcisme.

Celui qui veut exorciser un possédé, guérir un être possédé par de mauvais esprits en leur commandant de sortir est semblable à un soldat qui dans une caserne voudrait commander à ses camarades. S'il donnait un ordre, on commencerait par en rire ; s'il insistait, ceux de ses camarades à qui il commanderait ainsi commenceraient à l'attaquer et lui feraient subir une brimade, tandis que si un officier donnait le même ordre, tout s'exécuterait immédiatement. Il en est de même dans le monde des esprits.

La médecine divine.

Il n'y a que le Ciel qui puisse accorder du soulagement. Tout soulagement obtenu par un autre moyen que par le Ciel se paiera soit par la maladie, soit par la souffrance, soit par la désorganisation. (22-1-1902)

Pour guérir les malades, il faut les connaître depuis plusieurs siècles, lire sur leur front et dans leur cœur et pouvoir leur dire : " Allez, vos péchés vous sont remis". Pour cela il ne faut pas avoir peur de descendre comme font les racines d'un arbre, et vous aurez un côté dans le Ciel et l'autre dans le tréfonds. 
La Vie, l'Amour et la Lumière étant en vous, vous saurez tout et vous pourrez agir comme bon vous semblera.(24-3-1903)

C'est cette manière qu'on emploie ici (séances). C'est la plus simple et la plus difficile. Je n'agis ni par magnétisme ni par passes.
Je passe devant vous, vous me dites ce que vous avez ; au moment où vous m'expliquez ce que vous ressentez il se passe quelque chose de surnaturel en vous et, si mon âme entend vos paroles, vous êtes guéri sur-le-champ. (5-7-1896)

Si vous aviez la charité, vous obtiendriez le soulagement et la guérison de ceux qui souffrent. 
Il n'y a qu'à demander à Dieu. Avec la confiance et la foi on soulèverait des montagnes. Ne l'avez-vous pas lu aussi dans l'Evangile? (30-11-1893)

Pour soulager les malades il faut demander à Dieu le pardon de leurs fautes et, au même instant, l'âme se sent réconfortée et le corps s'en trouve par la suite soulagé. Si l'on avait la foi, on se soulagerait tous les uns les autres. (5-11-1889)

Quand on demande pour un malade, le Ciel accorde en proportion de l'actif du malade et de la personne qui demande. Le malade sera guéri ou soulagé, ou on lui donnera du courage pour supporter son mal.
Le Ciel ne saurait guérir sans laver, sans pardonner et effacer les fautes. (6-2-1904)

Les maladies peuvent se guérir pourvu que les malades le veuillent bien; mais souvent ils se refusent à reconnaître qu'ils ont pu faire le mal et à demander pardon. Ils se croient purs, parfaits, sans reproche. Vous m'objecterez que ces mauvaises pensées leur sont inspirées par ceux qui les entourent. Peu importe. 
S'ils avaient cherché à avoir de bonnes pensées, ils n'en recevraient pas de mauvaises.

L'âme qui possède la Lumière peut en s'approchant du malade le soulager, car le mal a horreur de la Lumière et fuit alors, momentanément. Vous pouvez défendre au mal de revenir, c'est bien simple.
Il est inutile de chercher à savoir pourquoi un malade a telle ou telle maladie ; l'essentiel, c'est de marcher en aimant son semblable, c'est tout ce que Dieu demande. (16-11-1893)

Une personne qui aurait confiance en Dieu pourrait dire à celle qui souffre : "Que ton bras, que ta jambe soient guéris", et ils seraient guéris. (12-2-1902)

On peut se priver pour soulager quelqu'un, mais il faut le faire d'abord et non après que le Ciel a exaucé notre demande.
Le véritable jeûne, c'est de se priver même du nécessaire pour donner à celui qui n'a pas. (21-2-1895)

Une chose très simple, de l'eau même, fera du bien au malade, si l'intention est de faire du bien. (5-2-1902)

L'oubli est une sorte de pardon, le plus facile.
Quand un de nos organes oublie son mal, c'est le commencement de toute guérison. Soyez complètement désintéressés. Si vous êtes malade et que vous demandiez la guérison dans une prière, que ce ne soit pas pour en retirer un profit ou une satisfaction personnelle, mais bien pour que d'autres que vous en profitent. (14-4-1903)

Si l'on est guéri d'une maladie quelconque, c'est que notre âme est dégagée, c'est une grande grâce qui est accordée. Il faut se pénétrer que quelqu'un s'est chargé de ce fardeau. (15-1-1895)

Les médecines.

Lorsqu'un homme marche, il laisse à droite et à gauche un effluve magnétique, positif d'un côté, négatif de l'autre. Chacun d'eux se dédouble aussi, attiré qu'il est par la terre, de sorte que la trace est marquée sur terre par deux lignes parallèles de fluides contraires. C'est comme cela que le chien, par son flair, sent l'homme et suit sa trace ; c'est pour cela qu'il va de droite et de gauche reconnaître ces traces.

Le soulagement des maladies par le magnétisme naturel, par les fluides que chaque homme possède existe, et dès les temps les plus anciens il a été connu. Pour guérir les malades le magnétisme peut faire beaucoup de bien, mais il faut avoir les mains excessivement propres pour le pratiquer. (24-3-1903)

Il faut que le magnétiseur sache ce que c'est que de souffrir corps et esprit ; c'est pourquoi il y a des personnes qui ont tant de pouvoir magnétique. (18-7-1897)

Il y a un grand nombre de magnétiseurs et de spirites qui agissent en prenant consciemment ou non le mal d'une personne pour le mettre chez une autre ; le mal est en effet intelligent comme vous et, en lui parlant, il vous entend. 

Quelques-uns le font par intérêt, d'autres par ignorance. Mais ici, vous avez pu le voir, le mal est changé de nature en passant par nos mains. Et notre but était de faire des magnétiseurs qui eussent les mains assez propres et la conscience pure pour que, en passant par leurs mains, le mal ne restât pas mal mais devînt bien.

Tous vous pouvez vous soulager, vous guérir même les uns les autres par le magnétisme sur les 
parties malades et en demandant à Dieu. Mais, pour être exaucé, il ne faut pas avoir de rancune contre personne, aimer son prochain comme soi, même, et ne pas compter sur ses propres forces qui ne sont rien, mais sur Dieu. (7-1-1894)

Lorsque vous n'aurez plus d'orgueil et que vous saurez que vous n'êtes rien, vous obtiendrez par le magnétisme d'aussi bons résultats sur vous que sur les autres malades. (22-1-1902)

Il y a des cas où la médecine spirituelle ne saurait agir ; ce sont les cas où nulle oeuvre n'a été faite pour le Ciel. Alors la médecine matérielle (homéopathie, allopathie) peut encore agir, car la matière cherche toujours à s'accroître et elle peut avoir mérité de le faire.

Un médecin n'a le droit d'opérer quelqu'un chirurgicalement ou même de soigner médicalement que s'il obtient de lui la promesse d'une amélioration morale quelconque. Sans cela le malade et le médecin sont coupables et responsables. 

Si, au contraire, il agit ainsi, il lui suffit de soigner son malade et il guérit. Un médecin ne guérit jamais, il n'est que l'instrument de la guérison.
Il ne faut pas arrêter trop tôt la fièvre d'un malade parce qu'elle le nourrit et il peut demeurer ainsi longtemps sans danger. En coupant la fièvre trop vite, on peut empêcher une maladie de se déclarer et de se développer; le malade peut mourir ou, souvent, un organe reste atteint pour le reste de son existence. (9-6-1895)

La fièvre est dans le cliché un défenseur du malade. Autour du malade il y a trois combattants:le malade, les esprits de la fièvre, le médecin. Si le médecin est un médecin ordinaire qui remplit matériellement sa fonction, les esprits ne le voient pas ou voient un serviteur, un ami du malade qui apporte de l'eau ou des bandes de toile ; ils n'y trouvent rien de mal. Si au contraire le médecin conjure le mal de partir, ils le voient. Et alors deux cas peuvent se produire. Ou le médecin sera le plus fort et on lui obéira parce qu'on aura reconnu son titre et sa puissance, ou il sera le plus faible et n'aura aucun titre à conjurer. Alors il arrivera ce qui arriverait à un cordonnier se jetant sur un malade avec son tranchet et voulant chasser les médecins qui l'entourent : on l'arrêtera.

Un médicament, pour faire tous ses effets, doit être désiré et demandé par l'organe malade.
Les médecins croient qu'ils n'ont qu'à écrire toujours la même formule. Ils oublient que, en un siècle, saisons, maladies, température, remèdes, vie terrestre, essences végétales changent, dans les bêtes et dans les plantes. (30-4-1903).

Rien n'est mort, tout est intelligent. C'est ce que ne savent pas les savants et ce qui les déroute. 
Ainsi un inventeur découvre les propriétés d'un médicament. Il l'administre pendant cinq ou six mois et les malades sur lesquels il expérimente sont guéris.

Puis, au bout de ce temps, la vertu du remède s'éteint. Cela tient à ce que la Nature aime la simplicité et déteste l'orgueil. La vertu a disparu au fur et à mesure de l'apparition de la cupidité du pharmacien ou du fabricant qui tirent sans permission du Ciel et pour leur propre gloire ou leur propre satisfaction un profit déraisonnable du remède. (5-2-1902)

Les remèdes - Les plantes.

Les simples, les plantes, ont chacune leur action propre sur une maladie.
La plante qui doit guérir est au voisinage même de l'endroit d'où peut naître la maladie ou l'accident.
La Nature a toujours mis le remède à côté du mal.

Ainsi les plantes qui poussent sur les rochers escarpés sont propres à guérir des chutes et des contusions.

Les plantes utiles médicalement sont, par ordre de puissance : le serpolet, l'absinthe, le genévrier, le houx dont on peut tirer un médicament pour l'estomac, le gui qui peut fournir le meilleur anesthésique, et le muguet. Le muguet est un adoucissant.

Le houx pourra guérir les congestions aiguës, angines, raideur des membres, exostoses. C'est un puissant médicament. De toutes les autres plantes le miel contient la quintessence. Le miel peut être employé dans toutes les angines, mais il ne faut pas le décomposer.

En général les plantes à odeur douce et suave, faible, sont plus actives. 
L'odeur, le parfum est en effet une vertu de la plante qui ne demeure pas ; et, comme une plante ne peut pas tout avoir, si elle a un fort parfum, elle a peu d'action médicamenteuse.
La mousse contient en elle-même une puissance vivifiante. Mettez de la mousse dans l'eau, elle 
deviendra plus active. Mettez-en dans une terre aride, cette terre deviendra capable, au bout de peu de temps, de nourrir de la vigne. La mousse est une véritable terre vierge. Celle qui naît au pied des rochers est particulièrement active ; elle reçoit en effet la poussière de la roche à sa formation même, et permet la naissance de la terre véritablement vierge.

Le tabac en applications, imbibé ou non d'alcool, est un remède contre les engorgements ganglionnaires scrofuleux.

Les plantes rugueuses ont une action sur les maladies de la peau.
Les préparations des végétaux doivent se faire dans l'eau salée chaude (macération dans un bocal bouché). Les portions végétales doivent être écrasées. 

Le sel (minéral) est en effet beaucoup plus désireux de se charger de principes végétaux et animaux que l'alcool qui, actif par lui-même (il ne doit s'employer qu'extérieurement), est végétal d'origine.
Pour la préparation de l'huile de foin, le foin doit être mis dans une cornue, sec (séché au soleil sur un plan incliné) et privé d'air. On distille alors à sec. Un long tube (20 mètres) aboutit à une caisse ou étuve dont on peut régler la température. Les fumigations sont excellentes contre les maladies de peau. A défaut de cela, l'huile essentielle en applications.

Le meilleur mode de préparation d'une teinture est la suivante : la plante doit être cueillie fraîche, le soleil étant levé; à peine rincée; la mettre à macérer vingt-quatre heures dans de l'eau froide distillée. L'eau doit être distillée parce qu'alors elle est privée de sels et plus avide d'en recueillir.
L'eau de macération est mise de côté. La plante est alors traitée par l'eau distillée bouillante, en décoction. L'eau de décoction est mise à part. Si l'on distille alors ces deux eaux et qu'on les mêle, on a la meilleure teinture de la plante ; toutes les huiles essentielles ont été retirées et ont passé.
Filtrer une solution de corps végétaux ou animaux la vieillit, et elle s'altère beaucoup plus vite.
Pour obtenir du vin, puis de l'eau-de-vie sans danger pour la consommation, il suffit de récolter le raisin pendant la nuit et de le laisser cuver, puis de le faire reposer à l'abri de toute lumière du jour ; ensuite le distiller sans lui laisser voir la lumière naturelle pour en faire de l'eau-de-vie qui ne possède plus alors de principe nuisible et d'action nocive.

Quelques indications thérapeutiques.

Il y a trois médicamentations utiles : la purgation, le vermifuge, le sudorifique. Ce dernier seul peut guérir le refroidissement.
ll y a dans le sel en injections intraveineuses, en applications, en boisson, une grande vertu médicamenteuse. Le sel, dans un corps infecté, neutralisera et entraînera les produits morbides, calmera la fièvre.
Avec de la charpie de toile, même neuve, mise en duvet et de l'huile à 500i, on fait une pommade précieuse contre les écrouelles, scrofule.
Il faut chercher dans le lait l'acide lactique ; l'acide lactique est un acide faible parce qu'en lui se trouve combiné un principe que la chimie n'a pas découvert et qui est un alcali. C'est cet alcali qui, une fois séparé, sera puissant contre les cancers et contre les maladies de la peau. Il faudra essayer aussi cliniquement l'action de l'acide.

La vipère porte en elle le contrepoison de sa morsure : c'est sa graisse et son sang. Si l'on avait le courage de déchirer cette vipère qui vous mord et de frotter avec sa graisse les plaies faites, l'intoxication ne se produirait pas.

Un jour viendra où on pourra guérir les malades en projetant des rayons lumineux de nuances 
différentes sur les différentes parties du corps. Ainsi le vert est la nuance appropriée aux coliques hépatiques. (23-3-1894)

Lorsque le vaccin est ordonné par la loi, vous devez vous faire vacciner. Mais, si vous voulez faite vacciner votre enfant de crainte qu'il ne prenne la variole, c'est un manque de confiance envers Dieu qui sait le préserver s'll le veut. Et, si votre enfant prend la variole, c'est qu'il était marqué pour l'avoir.

Ne faut-il pas passer par toutes les souffrances pour comprendre celles de nos frères et y compatir? 
(10-4-1895).
 
Monsieur Philippe, de Lyon, monsieur philippe, maître philippe, nizier anthelm philippe, monsieur Philippe, de Lyon, nizier anthelme, seance, seances, auditeur, auditeurs, fidele, fideles, malades, malades, recevait, nombreux, jour, chaque jour, mage philippe, la Nature.... humaine, suicide, vie sociale, colère, jugement, folie, philosophes, souffrance, connaissance, sagesse, promesse, médisance, pensées, égo, action


TAROT-FR @ redelbalcon.com
(c) 2006-2010 tarot-fr.info